Résection endoscopique d’un polype de vessie

Le polype de vessie est souvent révélé par du sang dans les urines (hématurie). La cause la plus fréquente en est le tabac. Les hommes sont plus souvent touchés que les femmes.

La découverte d’un polype de vessie rend nécessaire son extraction. Après extraction, une analyse du polype sera effectuée (examen anatomo-pathologique). En fonction du degré d’infiltration dans la paroi vésicale, une surveillance simple ou un traitement complémentaire sera proposé.

L’anesthésie est soit générale, soit loco-régionale (anesthésie de la partie inférieure du corps, péridurale).

Résection endoscopique d’un polype de vessie

Le polype de vessie est souvent révélé par du sang dans les urines (hématurie). La cause la plus fréquente en est le tabac. Les hommes sont plus souvent touchés que les femmes.

La découverte d’un polype de vessie rend nécessaire son extraction. Après extraction, une analyse du polype sera effectuée (examen anatomo-pathologique). En fonction du degré d’infiltration dans la paroi vésicale, une surveillance simple ou un traitement complémentaire sera proposé.

L’anesthésie est soit générale, soit loco-régionale (anesthésie de la partie inférieure du corps, péridurale).

En quoi consiste la résection endoscopique d’un polype de vessie, les principes de l’intervention

L’intervention est réalisée par les voies naturelles (par le canal de l’urètre) et consiste à retirer le polype en totalité en s’aidant d’un appareil appelé résecteur, sous contrôle d’une caméra.

Après l'opération

  • Il s’agit d’un acte généralement indolore ou faiblement douloureux (inconfort possible).
  • Une sonde vésicale est mise en place lors de l’intervention et sera laissée en place 24 à 48 heures en moyenne.
  • La sortie est généralement possible le jour même du retrait de la sonde vésicale.
  • Un rendez-vous en consultation d’urologie est prévu quelques semaines plus tard.

Les effets secondaires possibles

  • Du sang dans les urines est fréquent pendant quelques jours encore après l’intervention. 
  • Une infection urinaire pourra nécessiter un traitement antibiotique de quelques jours.
  • D’autres effets secondaires sont exceptionnels (rétrécissement de l’urètre, plaies vésicales…).

Les praticiens

CLINIQUE-URO_21
Dr Jacques Lacoste
Urologue, Chirurgien Urologue
CLINIQUE-URO_1
Dr Thierry Rousseau
Urologue, Chirurgien Urologue
CLINIQUE-URO_31
Dr Eric Potiron
Urologue, Chirurgien Urologue
CLINIQUE-URO_29
Dr Pierre Nevoux
Urologue, Chirurgien Urologue
CLINIQUE-URO_7
Dr Lionel Hoquetis
Urologue, Chirurgien Urologue
CLINIQUE-URO_35 (1) (1)
Dr Charles Lainé
Urologue, Chirurgien Urologue