Résection de la prostate

L’adénome de la prostate ou hypertrophie bénigne de la prostate est une pathologie fréquente chez l’homme à partir de 50 ans. Située sous la vessie, la prostate est un organe que seul l’homme possède. Elle est traversée par l’urètre (canal qui permet à l’urine de s’évacuer). Avec l’âge, la prostate augmente de volume et comprime l’urètre causant des troubles urinaires plus ou moins importants.

Cela peut se traduire par des symptômes comme :

  • Un jet d’urine faible,
  • Une impression de ne pas vider totalement sa vessie,

Ou lorsque la gêne est plus importante par :

  • Des envies trop fréquentes d’uriner, des urgences ou même des fuites urinaires (ceci alors qu’un traitement médical a déjà été effectué)
  • Un blocage de la vessie, sans possibilité d’uriner…

Il existe plusieurs traitements en fonction du niveau de gêne du patient : les médicaments, la radiofréquence ou le laser et l’intervention chirurgicale : la résection de la prostate.

Résection de la prostate

L’adénome de la prostate ou hypertrophie bénigne de la prostate est une pathologie fréquente chez l’homme à partir de 50 ans. Située sous la vessie, la prostate est un organe que seul l’homme possède. Elle est traversée par l’urètre (canal qui permet à l’urine de s’évacuer). Avec l’âge, la prostate augmente de volume et comprime l’urètre causant des troubles urinaires plus ou moins importants.

Cela peut se traduire par des symptômes comme :

  • Un jet d’urine faible,
  • Une impression de ne pas vider totalement sa vessie,

Ou lorsque la gêne est plus importante par :

  • Des envies trop fréquentes d’uriner, des urgences ou même des fuites urinaires (ceci alors qu’un traitement médical a déjà été effectué)
  • Un blocage de la vessie, sans possibilité d’uriner…

Il existe plusieurs traitements en fonction du niveau de gêne du patient : les médicaments, la radiofréquence ou le laser et l’intervention chirurgicale : la résection de la prostate.

En quoi consiste la résection de la prostate, les principes de l’opération

Lorsque le traitement médicamenteux ne suffit pas, que les symptômes du patient lui procurent une forte gêne ou qu’il y a des complications liées à l’adénome de la prostate, la résection de la prostate peut être nécessaire.

La résection prostatique est une intervention chirurgicale réalisée sous anesthésie générale, ou locorégionale (rachianesthésie, péridurale). La résection se fait par les voies naturelles (le canal de l’urêtre) et consiste à extraire la partie interne de la prostate à l’aide d’un appareil appelé «résecteur», sous contrôle d’une caméra. 

Après l'opération

  • Une sonde vésicale est mise en place lors de l’intervention et sera laissée en place 1 à 2 jours.
  • La sortie est généralement possible le jour du retrait de la sonde vésicale, avec un rendez-vous à 1-2 mois. L’hospitalisation est donc en moyenne de 48 heures à 3 jours.

Les effets secondaires possibles

  • Les urines restent volontiers rouges pendant quelques jours après l’intervention.
    Surtout, vers le 15ème jour postopératoire, les urines peuvent redevenir rouges
    (chute d’escarres). Cela ne présente pas de caractère de gravité mais peut parfois amener à l’élimination de caillots. L’un d’eux peut toujours entraîner des difficultés mictionnelles et même un blocage vésical.
  • Dans certains cas, l’élimination de caillots peut être réalisée à l’aide d’une sonde ou sous anesthésie. Il est donc conseillé de ne pas prévoir de voyage lointain dans le mois qui suit l’intervention.
  • Une infection urinaire pourra nécessiter un traitement antibiotique de quelques jours.
  • De façon définitive, le sperme n’est habituellement plus extériorisé lors de l’éjaculation mais va dans la vessie, pour être éliminé ensuite dans les urines, lors de la miction suivante (éjaculation rétrograde). Ce risque est peu fréquent en cas d’incision ou de résection isolée du col vésical.
  • Risque d’incontinence permanente exceptionnel.
  • Risque de rétrécissement du canal de l’urètre ou de cicatrisation rétractile du col vésical (sclérose du col vésical) rare

 

Rarement peuvent exister des douleurs prostatiques résiduelles correspondant à des phénomènes inflammatoires chroniques de la coque prostatique

À la Clinique Urologique Nantes-Atlantis, l’énucléation endoscopique par laser Holep est également pratiquée. 
 
Quelle que soit la technique opératoire choisie par votre chirurgien, la clinique Urologique Nantes-Atlantis offre l’expertise nécessaire pour réaliser la chirurgie de l’hypertrophie bénigne de la prostate par voie naturelle sans cicatrice.

Les praticiens

Dr Jacques Lacoste

Dr Thierry Rousseau

Dr Eric Potiron

Dr Pierre Nevoux

Dr Lionel Hoquétis