Nephrectomie totale ou partielle du rein par voie coelioscopique ou trans-peritoneale

Les patients présentant un rein anormal non fonctionnel ou une tumeur bénigne ou maligne du rein peuvent bénéficier du retrait de ce rein par voie coelioscopique.

Dans certains cars, une chirurgie partielle peut être réalisée, sans nécessité de retrait du rein dans sa totalité.

 

Les différents types de néphrectomie, ablation du rein

La néphrectomie est une intervention chirurgicale qui consiste à retirer une partie du rein ou le rein complet. La plupart du temps, la néphrectomie est réalisée sur des patients avec un cancer du rein, un rein anormal ou une tumeur bénigne ou maligne.

À la Clinique Urologique Nantes-Atlantis, nous effectuons la néphrectomie totale ou partielle par voie coelioscopique ou par voie chirurgicale classique. La solution adaptée au patient sera discutée avec l’urologue lors de la consultation préopératoire.

Néphrectomie totale ou partielle par voie coelio-chirurgicale, les principes de l’intervention

L’anesthésie est générale

  • L’intervention est réalisée par voie coelio-chirurgicale (micro-incisions) afin de mettre en place trois à quatre trocarts et la caméra dirigée par un système robotique qui permet une parfaite stabilité de l’image.
  • L’ablation du rein est réalisée et les sutures vasculaires (des artères et veines) sont faites avec des clips ou par agrafage automatique. Le rein est retiré dans un sac par une petite incision sur le côté.
  • En cas de chirurgie partielle, seule la tumeur est retirée. L’artère rénale est pincée le temps d’enlever la tumeur et de réaliser les sutures sur le rein pour assurer un arrêt des saignements.

Après l'opération

  • Il s’agit d’un acte généralement peu douloureux.
  • Une sonde vésicale est mise en place lors de l’intervention et sera laissée en place 24 heures en moyenne, le temps que le patient soit capable de se déplacer pour aller aux toilettes.
  • L’hospitalisation est de 3 à 5  jours généralement.
  • Une consultation est prévue 1 à 2 mois après l’intervention.

Les effets secondaires possibles

  • Des envies fréquentes d’uriner pendant quelques heures après le retrait de la sonde vésicale.
  • L’infection urinaire post-opératoire est rare.
  • Parfois une constipation en post-opératoire immédiat et des douleurs au niveau de la zone opérée.
  • L’infection ou l’apparition d’un saignement au niveau de la plaie est rare.

Les praticiens

Dr Jacques Lacoste

Dr Thierry Rousseau

Dr Eric Potiron

Dr Pierre Nevoux

Dr Lionel Hoquétis